Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 06:34

 

Durant la campagne électorale désiré ou non par le premier intéressé affleurait alors le qualificatif de « normal. » Et jeu de la campagne oblige ses critiques comme ses soutiens. Pour autant parmi les contempteurs peu sont ceux à avoir compris le vrai sens de ce « normal. » Alors qu'ils criaient ils confondaient allègrement normalité avec banalité et ordinarité. Le Président normal c'est d'abord et avant tout un Président dans la norme. C'est à dire un Président qui quitte le comportement anormal, sur-médiatique et monopolistique. Ils se devait alors d'avoir une maîtrise de soi, une humilité, d'autant plus qu'il devait faire montre d'exemple. À ce sujet, si les premières mesures du gouvernement Ayrault de réduire les rémunérations des ministres et maintenant des dirigeants des entreprises publiques ont certainement des caractères démagogiques ils n'en sont pas moins des avancées

 

A ce moment vous pouvez à raison sans nulle doute vous demandez quand va-t-il dire mais ? Car si la nécessité d'être normal m'apparaît claire c'est aussi et surtout parce que le Président de la République n'est pas n'importe qui. Paradoxe intéressant qui a donné à dessein le titre de cet article : « Le Président normal n'est pas un homme normal. » En effet qu'il le veuille ou non un Président de la République incarne la France, il en est la représentation, le symbole. Quand au surplus ils se tient dans un régime de République monarchique ou de Monarchie Républicain c'est selon comme le notre c'est encore plus frappant. Cette incarnation existe d'ailleurs qu'on ai voté pour lui ou non. Et il conviendra pour le Président Hollande puisqu'il s'agit de lui de chercher à se placer au-dessus des partis sans pour autant oublier ses propres idées. Des décennies après son décès l'ombre du Général de Gaulle plane encore.

 

Et c'est là que le bas blesse car si François Hollande a chercher à ne pas être que le Président d'un camp en n'allant pas à des congrès du Parti Socialiste ou en ne menant pas la campagne des législatives (avec un peu d'hypocrisie sur le coup puisque c'est son premier ministre Jean-Marc Ayrault qui pour le coup est envoyé au charbon), une confusion entre le Président normal et l'homme normal demeure. Car François Hollande n'est pas un homme comme un autre, il est Président de la République. S'il se doit de guider son action par des normes c'est aussi et surtout celle de fonction. En cela la photographie officielle faire par Raymond Depardon mais aussi d'autres signes éclairent cette confusion.

 

Les français ne sont pas idiots, il savent que la désignation d'hommes politiques chargés de les représenter construit une élite et ce qu'ils demandent ce n'est pas qu'ils soient comme eux mais qu'ils travaillent pour eux, qu'ils soient à l'écoute d'eux et surtout qu'ils ne s'enferment pas entre eux. François Hollande doit donc être désormais un Président normal et pas un homme normal. Et cet état de fait d'incarnation de la fonction se répercute qu'on le veuille ou non sur son entourage politique mais aussi familial. Sans doute est-ce un reliquat d'une époque révolue mais en devenant cette personnalité on a aussi personnifié le pouvoir. Vous voyez certainement où je veux en venir mais un fameux tweet n'est que le résultat de cette confusion que j'évoquais plus haut. Car non l'expression de Valérie Treiweller n'est pas anodine. Quelle dimension politique, quel intérêt accordé à son expression ? Sans doute aucune. Mais de nombreux observateurs oublient l'image, l'incarnation qui va bien au delà de la valeur intrinsèque des choses et le jeu médiatique aidant, une erreur idiote devient « la première gaffe de France. » Loin de moi l'idée de soutenir les Unes de Libération cela va s'en dire mais tout cela était prévisible et la véritable gaffe est en fait plus cette confusion que ce message qui en est la conséquence.

 

Ainsi François Hollande et ses proches vont devoir faire des choix qui leur paraîtront sans doute absurdes ou injustes mais obligatoires. Car s'il est tout à fait possible d'être le Président normal il est beaucoup moins d'être un homme normal. À moins sans doute de changer la République mais je ne suis pas certain que pour la France ce sera une bonne chose.

Partager cet article

Repost 0
Published by Respolitica - dans Morale et politique
commenter cet article

commentaires