Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 09:30
350_Walter_Benn_Michaels_01_medium.jpg

"Pour la première séance publique de l’Observatoire de la vie politique dirigé par Laurent Bouvet, la Fondation reçoit, le 27 mars à 19h, le chercheur américain Walter Benn Michaels, auteur de La diversité contre l’égalité (Liber, 2009).

Né en 1948, Walter Benn Michaels est un auteur et professeur américain de littérature à l’Université de l’Illinois à Chicago. Auparavant, il a enseigné à l’Université Johns Hopkins et à l’Université de Californie à Berkeley. Ses principaux ouvrages sont Our America: Nativism, Modernism and Pluralism (1995) et The Shape of the Signifier: 1967 to the End of History (2004), tous les deux non traduits. Son dernier ouvrage, La diversité contre l’égalité (The Trouble with diversity), a été publié en 2006 en anglais et en 2009 en français.

Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire par mail (lehoux@jean-jaures.org) ou par téléphone (01 40 23 24 00).

NB : Le siège de la Fondation se trouve au 12 Cité Malesherbes, dans le 9ème (métro Pigalle). L'entrée de la voie privée se fait au niveau du n°59 de la rue des Martyrs."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Nous nous permettons pour la première fois de nous faire directement le relai d'une publication de la fondation Jean Jaurès. En effet la rencontre nous apparaît enrichissante et passionnante.
Repost 0
Published by Respolitica - dans République
commenter cet article
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 12:33

 

« La régulation des vecteurs de communication doit elle aussi évoluer. C'est pourquoi j'ai demandé à la ministre de la culture et de la communication, au ministre du redressement productif et à la ministre déléguée chargée des PME, de l'innovation et de l'économie numérique de me proposer, d'ici à la fin du mois de novembre, un dispositif rapprochant le CSA et l'ARCEP. Ce dispositif devra intégrer la réforme du mode de nomination des dirigeants de l'audiovisuel public. »

 

« Homme politique : masculin (équivalent féminin : femme politique) Homme qui fait de la politique son métier. »

 

« Politique : Notion polysémique, la politique recouvre au moins trois sens :

- La politique en son sens plus large, celui de civilité ou Politikos, indique le cadre général d'une société organisée et développée ;

- plus précisément, la politique, au sens de Politeia, renvoie à la constitution et concerne donc la structure et le fonctionnement (méthodique, théorique et pratique) d'une communauté, d'une société, d'un groupe social. La politique porte sur les actions, l’équilibre, le développement interne ou externe de cette société, ses rapports internes et ses rapports à d'autres ensembles. La politique est donc principalement ce qui a trait au collectif, à une somme d'individualités et/ou de multiplicités. C'est dans cette optique que les études politiques ou la science politique s'élargissent à tous les domaines d'une société (économie, droit, sociologie, et cetera) ;

- enfin, dans une acception beaucoup plus restreinte, la politique, au sens de Politikè, ou d'art politique se réfère à la pratique du pouvoir, soit donc aux luttes de pouvoir et de représentativité entre des hommes et femmes de pouvoir, et aux différents partis politiques auxquels ils peuvent appartenir, tout comme à la gestion de ce même pouvoir. »

 

« Un lobby est une structure organisée pour représenter et défendre les intérêts d'un groupe donné.

 

Pour ce faire, il exerce une activité, le lobbying, qui consiste « à procéder à des interventions destinées à influencer directement ou indirectement l'élaboration, l'application ou l'interprétation de mesures législatives, normes, règlements et plus généralement, toute intervention ou décision des pouvoirs publics »1. La définition des livres didactiques de la collection Que sais-je ? consacrée au lobbying est très proche : « le rôle d'un lobby est d'infléchir une norme, d'en créer une nouvelle ou de supprimer des dispositions existantes »2. »

 

Ah non c'est bien ce que je pensais les deux notions ne sont pas synonymes.

Alors pourquoi j'entends les mêmes mots dans la bouche du Président du CSA  que dans celle de Jean-Marc Ayrault ?

 

 

Notes :

Les citations des définitions sont de wikipédia.

1 : J. Franck Farnel, Le lobbying : stratégies et techniques d'intervention, Paris, Éditions Organisation, 1994, 174 p

  2 : Gilles Lamarque, Le Lobbying, PUF, Que sais-je, page 6.

Repost 0
Published by Respolitica - dans République
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 16:48

 

Préface : En ces temps difficiles où parler de nation, de patrie et de destin commun ressemble plus à la stigmatisation de l'autre que la construction d'une unité. Je me permets de ressortir de mes vieux placards un article qui je pense est toujours d'actualité. Cette petite préface me permet de rappeler qu'il fut publié le jeudi 10 Mars 2005 sur l'écho du village. J'y œuvrais et j'y œuvre toujours sous le nom de Hio-Tin-Vho. Mes idées étaient presque celles d'un adolescent. Volontaires, incertaines mais pleines de fougue. Aujourd'hui quand je regarde cette article peut-être empreint de maladresses je n'ai pas honte de moi bien au contraire. N'oubliez pas soyez fiers de vous sans haine de l'autre !

 

 


En ces temps où les communautarismes et propos, aussi extrêmes les uns que les autres, qui hantent notre société mettent en danger l'unicité et la sûreté même de la Nation, j'ai voulu pour lancer ce cri de rage et de colère reprendre mon patronyme.

Vous me connaissez peut-être sous le pseudonyme de Hio-Tin-Vho mais pour cette fois et peut-être d'autres, j'ai voulu jouer carte sur table et utiliser mon véritable nom.

Cela n'a de cesse de me hanter depuis quelques temps, alors que la légalité républicaine émanant de la Loi semble depuis longtemps en berne, d'autres tentent encore de la couler plus profondément.

Je suis né sur ce territoire qui a un passé et une histoire. Qui a des souvenirs et qui, je le croyais encore il y a très peu de temps, avait un avenir: la Fance. Je suis fier d'y appartenir. Mon nom est certes symbolique de ma région, la Bretagne, mais auparavant bien avant tout cela, je me sens profondément français. Car bien plus qu'un nom, des mots ou des personnages, la France comme beaucoup d'Etat a une âme et un souffle. Ce qui est d'ailleurs paradoxal c'est que la plupart du temps beaucoup ne le ressente que dans la cohésion du sport, moi pas.

Je ne suis pas de ces crétins qui font valoir leur cause ou leur but, et ne font que jour après jour, heure après heure remettre en cause ce que d'autres avant eux, ont patiemment et vaillamment construit. Non, les groupes me font peur, on est toujours plus bêtes à plusieurs car on croit avoir toujours raison sans jamais se remettre en question, sans jamais avoir d'autres opinions ni d'autres avis. Je me force à penser par moi même. Oui je refuse l'influence des lobbys et des communautés dans ma vie de tout les jours et a fortiori au cœur même des institutions de la République. En quoi on serait différent parce que l'on appartiendrait à un autre groupe? Moi je n'en reconnais qu'un celui des français. Sur ma carte d'identité intitulée "République Française" à la ligne nationalité, il n'y en a qu'une: française ni bretonne, bourguignonne, corse ou kanake.

Ce n'est pas le sentiment de certains d'essayer de partager une culture différente, que je mets en doute! Pas le moins du monde. Non ce que je déconsidère c'est ceux qui l'utilise pour imposer un statut particulier ou dérogatoire voire une autre vision de la France. On est ou on n'est pas dans la Fance, il n'y a pas d'étape intermédiaire.

Bien sûr au delà de cette identité que je revendique, la France ce sont aussi des droits et des devoirs comme dans toute bonne société qui se respecte. Des droits et devoirs qui doivent être les mêmes pour tous, dans la loi mais aussi dans l'efficience. Qu'importe les affluences d'origine, de sexe, de religion, ou même de couleur de peau. La France ne reconnaît qu'un Peuple, le Peuple français dont tous ses membres sont identiques, possèdent les mêmes droits et ce Peuple est et restera indivisible.

Je n'aime pas plus ceux qui utilisent les symboles de la France quels qu'ils soient pour justifier telle ou telle théorie ou idée, telle ou telle opinion. Que je sache depuis la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 la France reconnaît tout les courants de pensée et ne fait aucun distinguo entre eux, elle est neutre?

Alors entre ceux qui l'utilisent à leur profit et ceux qui la détruise à petit feu la France semble bien mal en point ces temps-ci. Mais ce cri de rage et de colère est aussi un cri d'espoir, d'espoir qu'enfin l'Homme comprenne que derrière son nom, son épiderme, sa religion ou son sexe il n'est qu'un Être Humain, rien qu'un Être Humain. En attendant moi je le crie haut et fort:

"Je suis un citoyen français!"

Repost 0
Published by Respolitica - dans République
commenter cet article