Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 11:52

 

Monet_-_Sonnenaufgang_bei_Etretat.jpgÇa y est c'est la fin et il n'y aura pas de Happy End. Le scénariste s'est foiré ou à voulu se jouer des codes et du spectateur. Il s'est amusé de lui. Même ceux qui espéraient être les metteurs en scène de cette fresque kaléidoscopique n'y ont vu que du feu, ou pas. Sans doute eux-mêmes dans leur for intérieur pensaient-ils éviter l'inévitable. Un peu comme l'homme pris dans les phares d'une voiture espère échapper à l'impact jusqu'à ce qu'il arrive.

 

Pour ceux qui en étaient, les acteurs, un sentiment troublé les envahi. Un goût amer, d'abord dans la bouche, se répand dans tout l'organisme. La politique est un art cruel suscitant autant les vocations qu'elle les condamne au nom de la réalité.

 

Jusqu'au bout la Gauche Populaire fut une belle aventure et votre serviteur n'y regrette aucun de ses actes. Mais comme disait le poète avant de se perdre lui-même : « Jusqu'ici tout va bien. Mais le plus dur ce n'est pas la chute, c'est l'atterrissage. » Ce n'était pas une question d'ego, ça n'aurait pas dû l'être et ça ne le sera jamais. Juste une bataille, une longue et douloureuse bataille qu'on ose sans vergogne appeler « culturelle ». Mais certains bien ou mal intentionnés, seul l'avenir le dira et nous nous garderons de notre jugement ont crû qu'il suffirait de presque rien, qu'il suffirait de presque qu'eux. Étrange comportement pour un mouvement, ou plutôt ces « représentants », cherchant à se rapprocher des catégories populaires que cette fierté, que dis-je cette prétention de suffir. D'être suffisant. Soit, il faut en prendre acte. Comme ces mots adressés aux blogueurs: « J'ai passé l'âge de refaire le monde les blogs. » Sous-entendu à peine voilé, j'ai passé l'âge de faire des gamineries. Mépris ? Là aussi nous laisserons le soin à notre lecteur de juger.

 

En tout cas cette mélancolie est profonde, viscérale et pourtant. Et pourtant les structures disparaissent, les gens aussi mais les idées perdurent. Pour être philosophe on en deviendrait presque aristotélicien. Comme un cadeau du passé à un avenir ignorant ou ignoré.

 

La Gauche Populaire c'est fini. Ceux qui ont voulu être les animateurs ne seront que les jouets d'un pantin désarticulé. Qu'ils s'amusent nous leur souhaitons bonne chance. Les blogueurs, mais aussi les citoyens et citoyennes, les universitaires ou encore les élus de tout horizons, de toute origine voulant se battre non pour faire prendre quelque inflexion au quinquennat actuel mais pour avancer des idées, proposer ce qui peut rassembler les français, les unir, les amener vers un élan commun, un but commun, un sens commun, s'en vont.

 

Mais chaque départ n'est que le commencement d'un voyage, un long voyage, douloureux et complexe mais nécessaire. Quoi qu'il arrive la mélancolie de ce mort-vivant perdurera. On ne quitte pas ce que l'on a aimé sans douleur. Mais rassurez vous ceux qui se sont battus continuerons à se battre, la rage au ventre, l'espoir et la conviction comme seule arme. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il le faut. Parce que notre monde trouble le réclame. Aucun arrivisme, aucune folie des grandeurs là-dedans. Nous ne sommes que des soldats. Nous ne sommes que nous mêmes. Des soldats perdus sans doute mais qui retrouverons vite leur quête.

 

 

Je vous le promet.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Respolitica - dans Morale et politique
commenter cet article

commentaires